Millepertuis

millepertuis plante médicinale

Le millepertuis apporte force et protection à ceux qui se sentent trop ouverts ou trop vulnérables.

Usage externe du millepertuis : coup de soleil, brûlure, plaie, ulcère, hémorroïdes, diarrhées, rhumatisme,
lumbago, sciatique.

Usage interne du millepertuis  : asthme, bronchite, cystite, énurésie, gastrite.

Principales propriétés du millepertuis :

– antidépresseur,
– anxiolytique
– antiviral
– antioxydant
– cicatrisant
– anti-inflammatoire

En usage interne, le millepertuis s’utilise pour lutter contre les affections pulmonaires, les dyspepsies atoniques, la diarrhée, la cystite, la congestion hépatique, les pertes blanches, les oliguries, les fièvres intermittentes, les affections d’origine médullaire, les névrites, l’insuffisance circulatoire, l’artérite oblitérante et les maladies infectieuses infantiles.

Pour tout cela vous pouvez l’utiliser sous forme d’une infusion de 15 à 30 g de sommités fleuries pour un litre d’eau, à prendre à raison de 3 ou 4 tasses par jour (à diluer en fonction de l’âge pour les enfants).

Contre la bronchite, l’asthme et les cystites, vous pouvez prendre un mélange à parts égales de millepertuis, de lierre terrestre et de racine d’aunée, à raison d’une cuillerée à dessert que vous laisserez infuser 10 min dans une tasse d’eau bouillante.

Cette infusion est à prendre à raison de 3 tasses par jour avant ou entre les repas.

Le millepertuis a joué un rôle considérable dans les superstitions moyenâgeuses.
On le faisait  sécher au dessus des feux de la Saint Jean le 21 Juin puis  on le suspendait près de la fenêtre pour éloigner de la maison les fantômes, les nécromanciens et les malfaiteurs. On en brûlait dans la maison et alentours pour bannir les esprits  et les démons.

Se soigner naturellement grâce aux plantes anti-inflammatoires
Ail