Relations intimes après l’accouchement : laisser le choix aux femmes

123-koppel-bed-sex-geluk-12-5.jpg

Après l’accouchement, il est généralement recommandé de respecter une période de six semaines avant de reprendre les rapports sexuels. Or, ce délai va à l’encontre du désir de nombreuses femmes, parce qu’il est trop court ou trop long.

Cette « norme » – un délai de un à deux mois – est contestée par bien des spécialistes. Même si une période d’attente est nécessaire pour une série de raisons (douleur, risque d’infection, cicatrisation…), le fait de « figer » une durée ne tient pas compte des particularités individuelles. Une équipe américaine (université Purdue) a longuement interrogé des femmes de tous âges, en s’intéressant à leur vécu sexuel au lendemain de l’accouchement. La conclusion majeure porte sur la très large diversité de situations.

Les femmes indiquent d’abord que le médecin (gynécologue) est perçu comme l’interlocuteur le plus influent pour les conseils en matière de reprise de la sexualité post-accouchement. Dans le même temps, beaucoup déplorent une approche trop stricte, soit parce qu’elles souhaitaient reprendre une sexualité active (désir et plaisir) bien avant le délai recommandé par le médecin, soit parce qu’elles préféraient attendre encore, en raison surtout de la douleur et de la fatigue (contraintes imposées par le bébé).

Une proportion importante des femmes dans l’une ou l’autre situation s’est trouvée confrontée à une écoute insuffisante de la part du médecin, « bloqué » sur le délai classique. Ceci ne signifie pas que la reprise des rapports sexuels puisse intervenir sans prudence, mais les auteurs considèrent que « les professionnels de la santé devraient adapter leurs recommandations aux cas individuels, et accorder de la latitude aux femmes et aux couples tout en s’assurant que les rapports sexuels post-partum reprennent dans des conditions optimales de sécurité et de santé ».

Source

Bien-être : 20 minutes dans un parc pour se sentir mieux
Arrêter de fumer : l’efficacité de la cigarette électronique